SAVE THE DATE : Conference “The Shield of Europe: the EU Charter of Fundamental Rights”

13th of January 2016

EUROPEAN PARLIAMENT – Rue Wiertz (Brussels)

Room PHS 01C47 and Room ASP 1G02

09:00 – 13:00/15:00 – 18:30

Based on an analysis of the current situation, the Conference aims to propose an alternative model of European governance so as to realize an effective political integration founded on the rule of law and placing fundamental rights at the core of its own action.  In this perspective, particular attention will be paid to the Charter of fundamental rights as being the highest expression of a European Bill of Rights and, at the same time, primary source of law through article 6 TEU.

Programme

09:00 – 09:15 – Opening remarks MEP Barbara Spinelli, GUE/NGL

09:15 – 11:00 (Room P1C047)

1° Session: EU Governance vis-à-vis democratic sovereignty: the role of national Parliaments and Constitutions.

Chair: MEP Barbara Spinelli, GUE/NGL

  • Ingolf Pernice – Director of the Walter Hallenstein-Institute for European Constitutional Law and Director of the Humboldt Institute for Internet and Society
  • Emilio De Capitani – Visiting Professor, Department of Law at the Queen Mary University of London and Executive Director of the Fundamental Rights European Experts Group (FREE Group)
  • Debate

11:00 – 11:15 – Coffee break

11:15 – 13:00 (Room P1C047)

2° Session: The EU Charter of fundamental rights as foundation of a European rule of law?

Chair: MEP Martina Anderson, GUE/NGL

  • Giuseppe Bronzini – Judge in the Supreme Court of Cassation, Italy
  • Pier Virgilio Dastoli – President of the Italian Council of the European Movement (CIME)
  • Debate

13:00 – 15:00 – Lunch break

15:00 – 16:30 (Room ASP1G2)

3° Session: Economic crisis and austerity: an undemocratic state of emergency?

Chair: MEP Marie-Christine Vergiat, GUE/NGL

  • Zoe Konstantopoulou – Former President of the Hellenic Parliament
  • Olivier De Schutter – Member of the UN Committee on Economic, Social and Cultural Rights, Professor of Law at the University of Louvain and Director of the Interdisciplinary Research Cell in Human Rights (CRIDHO)
  • Debate

16:30 – 16:45 – Coffee break

16:45 – 18:15 (Room ASP1G2)

4° Session: Towards a Europe based on human and social rights.

Chair: MEP Helmut Scholz, GUE/NGL

  • Stefano Rodotà – Professor emeritus of Civil Law, University of Rome “La Sapienza”
  • Valsamis Mitsilegas – Head of the Department of Law, Professor of European Criminal Law and Director of the Criminal Justice Centre at Queen Mary University of London
  • Debate

18:15 – 18:30 – Conclusions

MEP Barbara Spinelli, GUE/NGL

 

 

NOTA BENE : Should you require a badge to access the European Parliament, please confirm your attendance by Tuesday, 12 January 2016 to: alessandro.manghisi@europarl.europa.eu  

The e-mail should include the following: Your full name Your address Your nationality Your number of passport (& expire date) or ID number Your date of birth

 

The Paris Terrorist Attacks : Failure of the EU’s Area of Freedom, Security and Justice?

Original published on the CDRE site on 8 JANVIER 2016

by P. de Bruycker et D. Watt (Odysseus Omnia), H. Labayle (CDRE), A. Weyembergh et C. Brière (Eclan)

In the immediate aftermath of the terrorist attacks in Paris on Friday 13th November, the French President declared a state of emergency and announced the introduction of a number of measures to “mobilise all possible forces in order to neutralise the terrorists and to guarantee the security of all the areas which could be concerned”. These measures included the reintroduction of controls by France at its internal borders with other Schengen States in the interest of preventing both the entry into the territory of dangerous individuals seeking to carry out terrorist attacks, and to thwart the escape of the attackers.

Nonetheless, Salah Abdeslam, a suspect believed to be one of the masterminds of the attacks, managed to escape by crossing the border between France and Belgium during the night from Friday to Saturday without being apprehended and has still not been arrested since, despite significant effort on the part of the Belgian and French police forces. More surprising, although relatively ignored by the media is that he was checked by French police in the border region (around the city of Cambrai) but not apprehended. How can this have happened in the heart of the EU where border guards, police, judges and intelligence services use modern technology to trace such people?

Before putting the area of freedom, security and justice on trial – as some politicians have done – it is certainly important to objectively examine the manner in which the workings of this beast have been confronted by the reality of terrorism. Whether it has to do with controls carried out at borders (Section 1 of this article), or cooperation between national police forces (Section 2), it must be noted that the primary responsibility in this case does not rest with the mechanisms created by the European Union. In contrast, the failure to prevent the rather predictable attacks now creates the question of sharing intelligence between the competent national intelligence agencies, a matter which does not fall within the Union’s competences (Section 3).

1. The pending questions about border policy

Knowing what we know today about the Paris attacks and the background of the perpetrators, a distinction needs to be made between the matter of terrorists crossing internal and external borders of the Schengen Area.

a. The crossing of internal borders

The Schengen Borders Code (SBC) regulates the crossing of the borders of the concerned EU Member States. As outlined in an article by Evelien Brouwer on this blog, Schengen States can, on the basis of Article 23 of the SBC, temporarily reintroduce controls at their internal borders if there is clear justification on the grounds of a threat to public policy or internal security. The existence of such a threat is obviously not in question here.

Schengen States have certain instruments at their disposal to guarantee effective border management in the Schengen Area. The Schengen Information System (SIS) is a database for storing and sharing information about certain individuals who should not enter or travel within the Schengen Area. The second generation – “SIS II” – was established to include the new Member States after the 2004 enlargement by Regulation 1987/2006, which also sets out rules on its operation and use.

There are several reasons a person may be registered in the SIS. Firstly, alerts may be issued in order to refuse entry or stay to third-country nationals either because they are criminals or because their entry has been banned due to non-respect of the immigration rules (Article 24 of Regulation 1987/2006). Secondly, alerts may be issued in order to arrest third-country nationals or EU citizens on the basis of a European arrest warrant (EAW) or extradition. This type of alert applies to missing individuals, persons sought to assist with a judicial procedure, and for the purpose of discreet or specific checks (see Council Decision 2007/533).

As Salah Abdeslam is French and not a third-country national, he could not, by definition, be the object of an alert related to the immigration policy. When he was checked by the French police during the night of 13 to 14 November, he was not known to the French authorities apparently because, despite being French, he was living in Belgium. He was also not the object of an alert for the purpose of arrest as the EAW was only issued by Belgium after the attacks, on Sunday. He had however been signalled in the SIS by the Belgian authorities as a person to be the object of a “discreet or specific check”. Following Article 36 of Council Decision 2007/533, such an alert may be issued for the purposes of prosecuting criminal offences and for the prevention of threats to public security, “in particular where an overall assessment of a person, in particular on the basis of past criminal offences, gives reason to suppose that that person will also commit serious criminal offences in the future”.

Given the stated goals of the closure of French borders – to stop the escape of those who carried out the attacks – one might begin to question how it can be that the check conducted by the French police did not lead to the arrest of Salah Abdeslam. Even if he was not mentioned in the SIS for the purpose of arrest, a signal for a discreet or specific check should have attracted the attention of the police and could have lead to his arrest. One can rightly wonder what happened: was the information stored in the SIS not precise enough? In this case, did the French police use the SIRENE system to get more information from the Belgian authorities? If not, why? We are used to Schengen-bashing and recently to Belgium-bashing, could it be fair to say that this time there should be some France-bashing?

It would be interesting to get an answer to those questions in order to understand what was indeed the problem. In any case, even if there had been a problem with the SIS and not with the actions of the French Police, it is clear that such transnational criminality can only be addressed at the international level. In any case, the answer lies perhaps in a better SIS or a better use of the SIS by Member States. The answer is certainly not less Schengen.

b. The crossing of external borders

The attacks in Paris have brought a significant amount of attention to the issue of border controls, in particular since it has been confirmed that at least one of the terrorists, holding a Syrian passport, entered the EU through Greece via a route used by refugees. It is also suggested that the Paris attackers, themselves EU citizens, had left the EU to fight in Syria and returned to carry out the attacks in Paris, and that one of them, Salah Abdeslam, could even have managed to flee to Syria after the attacks. This is the phenomenon of so-called “Foreign Fighters”: EU citizens who become radicalised and leave their home in the EU to join the war in Syria before returning to Europe. The European Union’s Counter-Terrorism Coordinator, Gilles de Kerchove, has been warning Member States for many months about the need for strong action to be taken in this area, though his warnings have not been heeded. The main concern here is that such individuals are extremely difficult to detect, including when they enter or leave the Schengen Area by crossing its external borders.

The Schengen Borders Code provides in Article 7(2) that European citizens and other people enjoying the right to free movement in the EU, such as the family members of these groups, who cross the Schengen external border shall only be subject to minimum checks. This concerns the travel documents presented by those persons at the external border, such as an identity card or passport. On the contrary, third-country nationals are subject to thorough checks following Article 7(3) that foresees under point (a)(vi) “the direct consultation of the data and alerts on persons and, where necessary, objects included in the SIS and in national data files”. Such checks are sometimes described as being about persons instead of about documents.

Although Border Guards may consult relevant databases such as the SIS to ensure, among other things, that European citizens crossing the external borders do not represent a serious threat to internal security, a systematic consultation of these databases is not permitted. The EU and  its Member States have been struggling with this prohibition of systematic checks of persons for some years now. It is clear that absolutely all EU citizens cannot be checked against databases at one crossing point of the external borders as this would directly contravene this provision. The Commission considers that this does not prevent conducting systematic checks of persons selected on the basis of a risk assessment, for instance some category of persons embarking on flights going to or coming from the vicinity of a conflict zone. TheHandbook for Border Guards was modified on 15 June 2015 to include that interpretation.

Nonetheless, Member States in the Council have been calling for the revision of the SBC regarding the systematic consultation of databases for persons enjoying free movement since the beginning of the year, motivated in large part by the Charlie Hebdo attacks in Paris in January 2015. The concerns about the threat of foreign fighters crossing back into the EU undetected are also the basis for a list of Common Risk Indicators (CRI’s), which has been drawn up by the Commission. However, it appears that these confidential CRI’s are too general and too vague in nature, leading to their ineffective implementation by Border Guards. Indeed, a Council document from 5 October from the EU Counter-Terrorism Coordinator explains that “challenges remain in the proper implementation of CRI’s at the external border”. No doubt the ineffectiveness of CRI’s is a contributing factor to the Council’s renewed call for revision of the SBC, as expressed by the Ministers for Justice and Home Affairs on 20 November. Meeting in the wake of the Paris attacks, the Council stated that Member States shall “undertake to implement immediately the necessary systematic and coordinated checks at external borders, including on individuals enjoying the right of free movement”.

One can hardly deny that such checks can be necessary, in particular at the external borders of some areas that foreign fighters are believed to cross more often than others. The current provision of the Schengen Borders Code seems inappropriate by forbidding systematic checks and this explains why the European Commission finally decided on 15 December 2015 to present a proposal to amend Article 7 of the SBC that will, once adopted, not only allow but oblige border guards to verify that an EU citizen is not “considered to be a threat to the internal security, public policy, international relations of any of the Member States or to public health, including by consulting the relevant Union and national databases, in particular the SIS”.

Does this contravene the freedom of movement that EU citizens enjoy on the basis of the EU treaties? The answer seems at first look negative, because freedom of movement concerns a priorimovement within the borders of the European Union and not the crossing of its external borders. Nevertheless, Directive 2004/38 implementing freedom of movement also contains provisions recognising the right of EU citizens to enter and to leave the territory of the Member States that could be considered part of the freedom of movement. Article 4 on the right of exit and Article 5 of the right of entry exist “without prejudice to the provisions on travel documents applicable to national border controls”. If this provision, interpreted narrowly, does not explicitly cover the consultation of databases, one should not forget that Article 27 of the same Directive allows Member States to restrict the freedom of movement and residence of Union citizens on the grounds of public policy, public security or public health. There is no doubt that the consultation of databases for security purposes like the SIS falls under the exception of public security. The conclusion is that the Commission proposal is in line with freedom of movement enjoyed by EU citizens.

Even if one may consider that a proposal to modify Article 7 of the SBC could have been presented earlier by the Commission without wasting time to discuss its possible interpretation with Member States, the Schengen acquis will be clarified to allow the systematic control of the movement of foreign fighters at the external borders of the EU. The sooner the better, so that the Council of Ministers and the European Parliament must now prove that when necessary, they can amend existing EU rules in a period of time comparable to that within which Member States with a Parliament made of two chambers can operate.

2. The effectiveness of police and judicial cooperation in criminal matters after the attacks

The Paris attacks and their subsequent developments, such as the flight of the suspected terrorist, Salah Abdeslam, to Belgium by car, trigger the application of mechanisms of police and judicial cooperation in criminal matters. These mechanisms have been extensively developed since the mid-1990’s, and particularly after the entry into force of the Amsterdam Treaty. Today a vast array of instruments, actors and databases are at the disposal of national authorities in charge of investigating and prosecuting terrorism. The anti-EU discourse that followed the attacks, which so often focusses on inaction during grave events, should have been balanced by an analysis of what happened in reality.

In the field of police cooperation, the importance of Europol should be underlined, both in terms of exchange and analysis of information and in terms of support for operational actions. The adoption of the compromise text on the Commission’s original proposal for a Europol Regulation, which was approved by the Council on 4 December 2015, should contribute to the improvement of cross-border police cooperation, as it should increase the agency’s capacity to act as “a hub for information exchange between the law enforcement authorities of the Member States”. One “Focal Point Travellers » has especially been set up in 2014, in which “foreign fighters” are recorded, even though it is for the Member States to make the focal point a reality by providing the content. The so-called 2008 “Prüm Decision” should be mentioned here as well. It aims particularly at mandating the exchange of DNA, fingerprint and vehicle registration data (VRD) amongst the Member States.

In terms of judicial cooperation in criminal matters, Christiane Taubira, French Minister for Justice, insisted after the JHA Council of 20 November 2015, that we do have instruments to address this type of crime and they have worked well for the cooperation with the Member States affected by the investigations.

On the morning following the attacks, requests for mutual assistance in judicial matters were issued and sent to Belgium and Germany. They were addressed very quickly on the basis of the 2000 Convention on Mutual Assistance in Criminal Matters between the Member States of the European Union.

Among the other instruments specific to the EU legal order which have been used in this context, theFramework Decision 2002/584/JHA on the European Arrest Warrant (EAW) is to be mentioned. Adopted in the aftermath of 9/11, the EAW, which is considered the “success story” of the EU area for criminal justice, organises faster and simplified surrender procedures, directly conducted by judicial authorities, without political involvement and with a limited number of grounds for refusal. One or more EAWs have been issued since the Paris attacks against suspects, which implies that competent law enforcement authorities located on the EU territory have the duty to arrest them. On the request of the issuing judicial authority, the issuance of an EAW can be coupled with its transmission via an alert in the Schengen Information System and/or in the Interpol database.

The European Criminal Records Information System (ECRIS), based on a 2009 Council Decision, which is to be read with the Framework Decision on the organisation and the content of the exchange of information extracted from the criminal record between Member States, has also been mobilised and proved its added value for the collection of information on the past convictions of the terrorist suspects. Operational since 2012, this system couples the principle of centralising convictions in the criminal records of the Member State of nationality with an interconnection of the criminal records of the Member States, enabling electronic exchange of standardised information.

Finally, joint investigation teams (JITs), belonging both to police cooperation and judicial cooperation, have a clear added-value. A JIT has been set up between France and Belgium, for which the Ministries of Justice of each country gave their agreement on 16 November. The setting up of a JIT allows the constitution of a team consisting of judges, prosecutors and law enforcement authorities, established for a fixed period and a specific purpose, to carry out criminal investigations in one or more of the involved States. One of the advantages of such JITs is the exchange of information and evidence obtained, without having to go through requests for mutual legal assistance.

Despite these positive elements, cooperation between authorities of the EU Member States can still be improved:

  • Firstly, some of the abovementioned instruments, such as the 2008 Prüm Decision or the JITs Framework Decision, have not or have not correctly been transposed by Member States. The importance of correct implementation at the national level has been frequently underlined, for instance by the European Council Strategic Guidelines of June 2014 and by the conclusions of the JHA Council of 20 November. In this respect the end of the transitional period on the 1st December 2014 should push the recalcitrant Member States to conform with EU law as they may be subject to enforcement proceedings for non implementation of acts adopted before the entry into force of the Lisbon Treaty.
  • Secondly, some difficulties are also being witnessed at the level of implementation in practice. There is, for instance, a considerable shortfall between, on the one hand, the information available at national level and, on the other hand, the information transmitted to and shared with the competent authorities of other Member States. Besides, the information transmitted to Europol is not always sufficient, hampering the completion of its mandate. In this context, on 20 November 2015, the JHA Council announced the establishment of the European Counter-Terrorism Centre (ECTC) on 1 January 2016, which is envisaged as a platform by which Member States can increase information sharing and operational cooperation with regard to the monitoring and investigation of foreign terrorist fighters, the trafficking of illegal firearms and terrorist financing. A similar centre, the EC3, was set up a few years ago in the field of cybercrime, and it has proven to be a useful tool. The utility of the ECTC will largely depend upon the willingness of Member States to share their information, which has been insufficient to date, as shown by the example of the “Focal Point Travellers” of Europol about foreign fighters following a discussion paper of the EU Counter-Terrorism Coordinator.
  • Thirdly, some of the abovementioned instruments suffer from certain limits. ECRIS works efficiently only with regard to EU citizens. Concerning third country nationals, it is still necessary to consult all Member States’ criminal records to know about their past convictions. For years, the possibility of establishing a European index for convicted third country nationals has been discussed. In its conclusions of 20 November, the JHA Council welcomed the intention of the Commission to submit an ambitious proposal for the extension of ECRIS to cover third country nationals by January 2016.
  • Finally, further new legislative measures should be proposed shortly, for instance in the field of the approximation of substantive criminal law, particularly the criminalisation of terrorist offences. Indeed, according to the Council conclusions of 20 November, the Commission should present a proposal for a directive updating the 2002 and 2008 Framework Decisions on Combating Terrorism . This revision will implement in EU law the UNSC Resolution 2178 (2014) and the additional Protocol to the Council of Europe Convention on Foreign Terrorist Fighters. This will especially aim to oblige Member States to criminalise offences linked to travelling abroad for the purpose of terrorism.

In conclusion, the recent tragic terrorist attacks have shown that national police and judicial authorities are aware of the tools at their disposal in the field of police cooperation and judicial cooperation in criminal matters. They do not hesitate to rely on them. However there is still room for improvement. The transnational elements of the recent attacks clearly illustrate the need for cross-border cooperation in the criminal field. Member States should realise that the solution encompasses more cooperation and that reflexes of national sovereignty are vain and detrimental to the identification and prosecution of terrorist suspects. In such a move forward, the EU must ensure the right balance between the different interests at stake and not sacrifice fundamental rights at the altar of security as underlined by Stefan Braum in a recent paper published on the blog of the GDR/ELSJ.

3. The failure of intergovernmental cooperation in the field of intelligence

In the days following the attacks, criticisms were voiced against the deficiencies in the cooperation between national intelligence services. It was for instance reported that the Belgian services had information about the danger represented by the Abdeslam brothers, but never shared this information with their French colleagues.

It is important to make a preliminary remark distinguishing cooperation in the field of police information on the one hand and intelligence in the sense of renseignements in French on the other hand.

Whereas police information sharing is subject to EU legislation, adopted under the EU competences in police cooperation in criminal matters, as described above, intelligence sharing does not fall within the EU competences, and the EU is prevented from taking any action in this regard. In the current legal framework, in force since the adoption of the Treaty of Lisbon, no less than three provisions insist on the lack of competence for the EU in matters of national security. Article 4(2) TEU provides that the EU shall respect the essential State functions of its Member States, including safeguarding national security. InArticles 72 and 73 TFEU, it is stated that the Title of the Area of Freedom, Security and Justice shall not affect the exercise of the responsibilities incumbent upon Member States with regard to the safeguarding of internal security, and it is open to the Member States to organise between themselves and upon their responsibility such form of cooperation and coordination as they deem appropriate between the competent departments of their administration responsible for safeguarding national security. In other words, cooperation between national intelligence services in charge of safeguarding national security is left in the hands of the Member States, and is thus conducted on an intergovernmental basis.

As a consequence, blaming the EU for the lack of intelligence sharing between France and Belgium is an unjustified criticism. The idea of creating a European Intelligence Agency has been mentioned by some observers but was promptly rejected on Friday 20 November by the JHA Council, as it appears to be outside of the scope of EU competences in the current state of the EU treaties. Moving forward in this field in the institutional framework of the EU would clearly imply a revision of the treaties. The feasibility of such revision is of course questionable because of its extremely high sensitivity in terms of national sovereignty. It shall indeed not be forgotten that intelligence is, by definition, extremely sensitive data, which national authorities may be reluctant to share, for instance in order to safeguard the safety of their informants. Furthermore, even cooperation within each Member State is sometimes problematic, as intelligence service might be reluctant to cooperate extensively with law enforcement, judicial or other authorities.

The absence of EU competences does not imply that there is a complete absence of European multilateralisation of cooperation in the field of the intelligence. In this regard, the EU Intelligence and Situation Centre (EU INTCEN) is to be mentioned. However, this centre has a limited mandate, which is to provide intelligence analysis, early warning and situational awareness to the High Representative and to the EEAS, in the fields of security, defence and counter-terrorism. This agency is the successor of the EU Situation Centre (SITCEN), created to answer the need of timely and accurate intelligence analysis to support EU policymaking. Despite its title, this agency is not a European Intelligence Agency. It has no operational powers, nor powers in the field of cooperation between national intelligence services. Its core mandate consists of publishing intelligence assessments, reports and summaries, as well as threat assessments for EU personnel, on the basis of open sources and analytical reports transferred from national intelligence authorities. Another initiative to mention is the so-called ‘Club de Berne’, which is an intelligence-sharing forum between the intelligence services of the EU Member States, Norway and Switzerland, within which a counter-terrorism group was established in 2001. It works outside the EU institutional framework but entertains some relations with it, especially via the participation of the INTCEN.

Conclusion

In conclusion, the shock generated by the Paris attacks should push the EU and its Members to engage in a much deeper reflection than their many working meetings have provoked. They must reflect firstly on the criminal motivations which led EU citizens, both French and Belgian, to commit such abominations. To stubbornly insist to the public that these criminals were not the product of our own societies is a grave error which prevents us from considering the causes and therefore inhibits us from conceiving of the appropriate response. They must further reflect on the multiple failures and responsibilities relating to the events in Paris. Rather than exploiting them to justify criticism of the EU, it should be realised that a more integrated and coordinated area of freedom and security is the only possible solution.

This is true on two conditions. The first condition is that there must be real responsibility in its administration, which is far from the case in current border management and intelligence sharing. The second condition is that, above all, there must be an agreement on the values which make up this area, in both the central role of the judicial institution and its fundamental guarantees.

Attentats terroristes de Paris : une défaillance de l’Espace de liberté, sécurité et justice ?

PUBLISHED ON CDRE SITE (8 JANVIER 2016)

 par P. de Bruycker et D. Watt (Odysseus Omnia), H. Labayle (CDRE), A. Weyembergh et C. Brière (Eclan)

 

Les attaques terroristes du 13 novembre à Paris ont conduit le Président de la République française à déclarer l’état d’urgence et annoncer l’introduction de mesures visant à « mobiliser toutes les forces possibles afin de neutraliser les terroristes et de garantir la sécurité de tous les lieux qui pourraient être visés ». Parmi ces mesures figure la réintroduction des contrôles aux frontières intérieures avec les autres Etats de l’espace Schengen, dans le but de prévenir l’entrée sur le territoire d’individus dangereux qui cherchent à commettre des attaques terroristes ainsi que d’empêcher les assaillants de fuir.

Néanmoins, Salah Abdeslam, le cerveau présumé des attaques, a réussi à s’enfuir en traversant la frontière entre la France et la Belgique dans la nuit du vendredi au samedi sans être appréhendé, et il n’a toujours pas été arrêté depuis, malgré les importants moyens déployés par les forces de police belges et françaises. Plus surprenant, bien que relativement ignoré par les médias, est le fait qu’il ait été contrôlé par la police française dans la région frontalière (près de la ville de Cambrai) sans être arrêté. Comment cela a-t-il pu se produire au cœur de l’UE où les garde-frontières, la police, les juges et les services de renseignement aidés par des moyens technologiques modernes suivent en permanence de tels individus ?

Avant, comme certains responsables politiques l’ont fait hâtivement, d’instruire le procès de l’Espace de liberté, sécurité et justice, sans doute est-il bon d’examiner objectivement les conditions dans lesquelles les rouages de cet espace ont été confrontés à la réalité du terrorisme. Qu’il s’agisse du contrôle opéré aux frontières (1) ou de la collaboration des polices (2), force est de constater que la première des responsabilités n’incombe pas ici aux mécanismes institués par l’Union européenne. En revanche, et la question ne relève pas des compétences de l’Union, l’échec à prévenir des attentats pourtant largement prévisibles pose désormais la question de l’échange des renseignements entre les services nationaux compétents (3) ?

1. Les questions en suspens au sujet de la politique des frontières

D’après ce que l’on sait aujourd’hui de la réalisation des attentats de Paris et des trajectoires de leurs auteurs, une distinction doit être faite entre le franchissement par les terroristes des frontières internes etexternes de l’espace Schengen.

a. le franchissement des frontières internes :

Le Code Frontières Schengen (CFS) règlemente le franchissement des frontières des Etats Membres concernés. Ainsi que l’a souligné Evelien Brouwer dans son article sur le blog Omnia, les Etats parties à l’espace Schengen peuvent, sur base de l’Article 23 du CFS, temporairement réintroduire des contrôles aux frontières internes s’il existe une justification claire sur base d’une menace pour l’ordre public ou la sécurité intérieure. L’existence d’une telle menace n’est évidemment pas contestable ici.

Les Etats de l’espace Schengen disposent d’un certain nombre d’instruments pour garantir une gestion efficace des frontières au sein de cet espace. Ainsi, le Système d’Information Schengen (SIS) est un fichier informatique utilisé pour enregistrer et partager l’information au sujet de certains individus qui ne devraient pas pouvoir entrer ou voyager au sein de l’espace Schengen. Sa deuxième génération – « SIS II » – a été mise en place pour inclure les nouveaux Etats Membres suite à l’élargissement de 2004 par le règlement 1987/2006 qui comporte également les règles relatives à son fonctionnement et son utilisation.

Une personne peut être fichée dans le SIS pour différentes raisons. Premièrement, un signalement peut être lancé afin d’empêcher l’entrée ou le séjour d’une personne ressortissante d’un pays tiers à l’UE qui a commis un crime ou qui a fait l’objet d’une interdiction d’entrée pour non-respect des règles en matière d’immigration (article 24 du Règlement 1987/2006). Deuxièmement, un signalement peut être lancé au sujet de ressortissants de pays tiers, mais aussi de citoyens européens, recherchés en vue d’une arrestation aux fins de remise sur base du mandat d’arrêt européen (MAE) ou aux fins d’extradition. Le SIS II contient également des signalements concernant des personnes disparues, des personnes recherchées dans le cadre d’une procédure judiciaire, ou des personnes aux fins de contrôle discret ou spécifique (voir décision 2007/533 du Conseil).

Salah Abdeslam étant Français et non un ressortissant de pays tiers, il ne pouvait pas, par définition, faire l’objet d’un signalement pour un motif lié à la politique migratoire. Lorsqu’il a été contrôlé pour la police française dans la nuit du 13 au 14 novembre, il n’était pas connu des autorités françaises apparemment parce que, bien que Français, il habitait en Belgique. Il ne faisait pas non plus l’objet d’un signalement en vue d’une arrestation car le MAE le concernant n’a été délivré par la Belgique qu’après les attaques, le dimanche. Il avait toutefois été signalé dans le SIS par les autorités belges comme étant une personne devant faire l’objet de contrôle « discret » ou spécifique. D’après l’Article 36 de la décision 2007/533 du Conseil précitée, un tel signalement peut être effectué pour la répression d’infractions pénales et pour la prévention de menaces pour la sécurité publique, notamment « lorsque l’appréciation globale portée sur une personne, en particulier sur la base des infractions pénales commises jusqu’alors, laisse supposer qu’elle commettra également à l’avenir des infractions pénales graves ».

Vu les objectifs énoncés pour justifier la fermeture des frontières françaises – mettre en échec la fuite des assaillants – on peut donc se demander pourquoi les contrôles effectués par la police française n’ont pas donné lieu à l’arrestation de Salah Abdeslam. Même s’il n’était pas mentionné dans le SIS en vue d’une arrestation, un signalement aux fins de contrôle discret ou spécifique aurait dû attirer l’attention de la police opérant le contrôle. On peut légitimement se demander ce qu’il s’est passé : l’information enregistrée dans le SIS n’était-elle pas suffisamment précise ? Dans ce cas, la police française a-t-elle utilisé le système SIRENE afin de recevoir plus d’informations de la part des autorités belges ? Si non, pourquoi ? Les reproches adressés généralement à la Belgique lors de ces tragiques épisodes, ne doivent-ils pas être partagés ?

Répondre à ces questions serait instructif afin de cerner le problème réel. Au delà, et même si cet échec est imputable au SIS et non aux agents nationaux, il est évident qu’une telle criminalité transnationale ne peut être réglée qu’au niveau international. Dans tous les cas, la réponse se trouve peut-être dans un SIS plus performant ou une meilleure utilisation du SIS par les Etats Membres. Elle n’est certainement pas pas le moins de Schengen évoqué ici et là.

b. le franchissement des frontières extérieures 

Les attaques de Paris ont attiré une part importante de l’attention sur la question des contrôles aux frontières extérieures, en particulier après la confirmation qu’au moins un des terroristes était entré sur le territoire de l’UE par la route utilisée par les réfugiés en utilisant un passeport syrien. On avance également que les assaillants, citoyens européens, ont pu quitter l’UE pour se battre en Syrie et revenir pour commettre les attaques de Paris. On craint même que l’un d’entre eux, Salah Abdeslam, ait réussi à s’enfuir en Syrie après les attaques. Il s’agit là du phénomène desdits « combattants étrangers » : des citoyens européens qui, après être devenus radicalisés, quittent leur maison en Europe pour aller se battre en Syrie avant de revenir. Depuis de longs mois, le coordinateur de la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, alertait les Etats membres sur la nécessité d’une réaction vigoureuse, en vain. La préoccupation concrète, ici, est que ces individus sont extrêmement difficile à détecter lorsqu’ils entrent ou quittent l’espace Schengen.

Le Code Frontières Schengen prévoit dans son Article 7(2) que les citoyens européens, ainsi que toute personne jouissant du droit communautaire à la libre circulation, ne font l’objet que d’une vérification minimale lorsqu’ils franchissent les frontières extérieures de l’espace Schengen. Cela vise les documents de voyage présentés par ces personnes aux frontières extérieures, carte d’identité ou passeport. Au contraire, les ressortissants de pays tiers sont sujets à des contrôles plus approfondis en vertu de l’Article 7(3) qui prévoit au point (a)(vi) « la consultation directe des données et des signalements relatifs aux personnes et, si nécessaire, aux objets intégrés dans le SIS et dans les fichiers de recherche nationaux ». De tels contrôles sont parfois décrits comme portant sur les personnes plutôt que les documents.

Bien que les garde-frontières puissent consulter les bases de données utiles, comme le SIS, afin de s’assurer, entre autres, que les citoyens européens qui franchissent les frontières extérieures ne représentent pas une menace sérieuse pour la sécurité intérieure, une consultation systématique de ces bases de données n’est pas permise.

Cette interdiction pose problème depuis quelques années à l’UE et aux Etats Membres. Selon la disposition en cause, il est évident que chaque citoyen européen ne peut pas être contrôlé lorsqu’il franchit les frontières extérieures de l’UE. D’après la Commission, cela n’empêche pas de mener des contrôles systématiques au sujet de certaines personnes sur base d’une évaluation des risques, par exemple des personnes embarquant sur un vol à destination ou en provenance d’une région proche d’un conflit. LeManuel à l’intention des garde-frontières a ainsi été modifié le 15 juin 2015 pour inclure cette dernière interprétation.

Néanmoins, depuis le début de l’année 2015 et après les attentats de Charlie Hebdo, les Etats Membres au sein du Conseil ont demandé à ce que le CFS soit révisé au sujet de la consultation systématique des bases de données pour les personnes jouissant de la liberté de circulation. Les inquiétudes au sujet de la menace que représentent les combattants étrangers de retour dans l’espace Schengen sans être détectés ont également donné lieu à l’établissement d’une liste d’Indicateurs du Risque Communs (IRC) par la Commission. Cependant, il apparaît que ces indicateurs confidentiels sont trop généraux et trop vagues. Ils ne sont dès lors pas mis en œuvre de manière efficace par les garde-frontières.

Le 5 octobre 2015, dans un document à destination du Conseil de l’UE, le coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme expliquait ainsi qu’il reste des problèmes à régler en ce qui concerne la mise en œuvre coordonnée des indicateurs de risque communs. Il fait peu de doute que l’inefficacité des IRC pousse le Conseil à réclamer la révision du CFS, ainsi que l’ont exprimé les Ministres du Conseil « Justice et Affaires Intérieures » le 20 novembre 2015. Se réunissant au lendemain des attaques de Paris, le Conseil a affirmé que les Etats Membres s’engageaient à « mettre immédiatement en œuvre les contrôles systématiques et coordonnés nécessaires aux frontières extérieures, y compris des personnes jouissant du droit à la libre circulation ».

Il n’est pas contestable que de tels contrôles soient nécessaires, notamment aux frontières extérieures par lesquelles les « combattants étrangers » sont susceptibles de passer plus souvent. Leur interdiction par le Code Frontières Schengen apparaît en définitive inapproprié et cela explique pourquoi la Commission européenne a finalement décidé de présenter le 15 décembre 2015 une proposition visant à modifier l’Article 7 du CFS, dont elle n’a d’ailleurs pas jugé utile de fournir encore la traduction en langue française près d’un mois après. Une fois adoptée, non seulement elle autorisera mais elle obligera les garde-frontières à vérifier qu’un citoyen européen n’est pas « considéré comme étant une menace pour la sécurité intérieure, l’ordre public, les relations internationales d’un Etat Membre ou pour la santé publique, y compris en consultant les bases de données européennes et nationales pertinentes, en particulier le SIS ».

Cela contrevient-il pour autant à la liberté de circulation dont jouissent les citoyens européens sur base des Traités européens ? A première vue, la réponse semble négative, car la liberté de circulation concerne a priori les mouvements au sein de l’Union européenne et non le franchissement de ses frontières extérieures. Néanmoins, la directive 2004/38 mettant en œuvre la liberté de circulation contient des dispositions qui reconnaissent aux citoyens européens le droit d’entrer et de quitter le territoire des Etats Membres. L’article 4 sur le droit de sortie et l’article 5 sur le droit d’entrée existent « sans préjudice des dispositions concernant les documents de voyage, applicables aux contrôles aux frontières nationales ». Si ces dispositions, interprétées restrictivement, ne couvrent pas explicitement la consultation des bases de données, il ne faut pas oublier que l’Article 27 de la même directive autorise les Etats Membres à restreindre la liberté de circulation et de séjour d’un citoyen de l’UE pour des raisons d’ordre public, de sécurité publique ou de santé publique. Il ne fait aucun doute que la consultation des bases de données pour des raisons de sécurité comme c’est le cas pour le SIS tombe sous l’exception de sécurité publique. En conclusion, la proposition de la Commission ne viole pas la liberté de circulation dont jouissent les citoyens européens.

Même si d’aucuns estiment que la proposition de la Commission aurait pu venir plus tôt, l’acquis de Schengen sera clarifié pour permettre le contrôle systématique des combattants étrangers aux frontières extérieures de l’UE. Au plus vite au mieux, ensuite le Conseil des Ministres et le Parlement européen devront prouver qu’ils peuvent modifier les règles européennes existantes quand cela est nécessaire et dans un laps de temps comparable à celui dans lequel les Etats Membres avec un Parlement bicaméral peuvent opérer.

2. L’efficacité de la coopération policière et judiciaire en matière pénale après les attaques

Les attaques de Paris et les événements qui ont suivis, telle que la fuite en Belgique du suspect Salah Abdeslam, ont déclenché la mise en oeuvre des mécanismes de coopération policière et judiciaire en matière pénale institués dans l’Union. Depuis le milieu des années 90 et en particulier depuis l’entrée en vigueur du Traité d’Amsterdam, ces mécanismes sont de plus en plus développés. Aujourd’hui, une série importante d’instruments, d’acteurs et de bases de données est à la disposition des autorités nationales en charge d’enquêter et de poursuivre les faits de terrorisme. Le discours europhobe qui a suivi les attentats aurait donc gagné à être équilibré par un examen de ce qui s’est réellement passé, bien loin des blocages que la gravité de tels évènements conduit parfois à constater au sein des Etats. Là encore les constats de Gilles de Kerchove à l’adresse du Conseil, opérés au lendemain des attentats, sont sans appel. Ils témoignent de la large inutilisation des outils à disposition.

En termes de coopération policière, l’importance d’Europol doit être soulignée, à la fois en termes d’échange et d’analyse d’informations et en termes de support opérationnel. L’approbation par le Conseil, le 4 décembre 2015, d’un texte de compromis sur un projet de règlement relatif à Europol émanant de la Commission devrait contribuer à améliorer la coopération policière entre Etats car Europol devrait avoir plus de moyens pour agir comme « le centre névralgique de l’échange d’informations entre les services répressifs des États membres ». Un « point de contact voyageurs » (focal point travellers) a spécialement été créé en 2014, dans lequel les combattants étrangers sont enregistrés, même s’il appartient aux Etats membres de lui donner une réalité concrète en l’alimentant. La dite « décision Prüm » doit également être mentionnée ici. Elle vise particulièrement à rendre obligatoire l’échange entre Etats membres de données relatives à l’ADN, l’empreinte digitale et l’immatriculation des voitures.

En termes de coopération judiciaire en matière pénale, Christiane Taubira, la garde des Sceaux française, a réaffirmé, suite à la réunion du Conseil Justice et Affaires Intérieures du 20 novembre 2015, que nous disposions des instruments nécessaires pour faire face aux crimes de terrorisme et que ces instruments ont bien fonctionnés en ce qui concerne la coopération entre les Etats membres impliqués dans l’enquête.

Au lendemain des attaques, une demande d’entraide judiciaire en matière pénale a été envoyée à la Belgique et à l’Allemagne. Ces demandes ont été envoyées très rapidement sur base de la convention de 2000 relative à l’entraide judiciaire en matière pénale entre les États membres de l’Union européenne.

Parmi les autres instruments spécifiques à l’ordre juridique européen et qui ont été utilisés dans ce contexte, la décision-cadre 2002/584/JAI relative au mandat d’arrêt européen (MAE) doit être mentionnée. Adoptée suite aux événements du 11 septembre 2001, le MAE, qui est considéré comme étant la « success story » de l’espace pénal européen, met en place des procédures de remise simplifiées et plus rapides, directement entre autorités judiciaires, sans implications politiques et avec un nombre limité de motifs de non-exécution. Au moins un MAE a été délivré depuis les attaques de Paris ce qui implique que les autorités policières et judiciaires compétentes des Etats membres ont l’obligation d’arrêter les personnes visées. Sur requête de l’autorité judiciaire qui délivre un MAE, ce dernier peut être accompagné par un signalement dans le Système d’Information Schengen (SIS) et/ou dans la base de données Interpol.

Le système européen d’information sur les casiers judiciaires (ECRIS), basé sur une décision du Conseil de 2009 et qui doit être lue en combinaison avec la décision-cadre concernant l’organisation et le contenu des échanges d’informations extraites du casier judiciaire entre les Etats membres, a aussi été mobilisé et les informations contenues au sujet des condamnations passées des suspects ont démontré la valeur ajoutée de ce système. Opérationnel depuis 2012, ce système combine la centralisation des condamnations dans les archives pénales de chaque Etat membre et l’interconnexion de ces archives, permettant l’échange électronique d’informations standardisées.

Enfin, les équipes communes d’enquêtes (ECE), faisant partie à la fois de la coopération policière et de la coopération judiciaire, ont une valeur ajoutée évidente. En l’espèce, une ECE a été créée immédiatement entre la France et la Belgique, pour laquelle les Ministres de la Justice des deux pays ont donné leur accord le 16 novembre. Cette création a permis la constitution d’une équipe composée de juges, de procureurs et d’autorités policières pour une durée déterminée et pour un objectif défini, à savoir mener des enquêtes pénales dans chacun des pays concernés. Un des avantages de ces ECE est l’échange d’informations et des preuves obtenues, sans devoir faire une demande d’entraide judiciaire.

Malgré ces éléments positifs, la coopération entre les autorités nationales doit encore être améliorée :

  • premièrement, certains des instruments décrits ci-dessus, telle que la décision Prüm de 2008 ou la décision-cadre relative aux ECE, n’ont pas du tout ou pas correctement été transposés par les Etats membres. L’importance de la correcte mise en application des dispositifs européens au niveau national a à maintes fois été soulignée, par exemple dans les orientations stratégiques du Conseil européen de juin 2014 et dans les conclusions du Conseil Justice et Affaires Intérieures du 20 novembre 2015. A cet égard, la fin de la période de transition le 1er décembre 2014 devrait pousser les Etats Membres récalcitrants à se conformer au droit européen car un Etat peut faire désormais l’objet de poursuites pour non-application du droit dérivé européen, même adopté avant l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne.
  • deuxièmement, des difficultés se manifestent également au niveau de l’application pratique des instruments européens. Il y a, par exemple, une différence considérable entre l’information disponible au niveau national et l’information transmise et/ou partagée avec les autorités compétentes d’autres Etats membres; en outre, les informations transmises à Europol ne sont pas toujours suffisantes, mettant ainsi à mal la réalisation de son mandat. Dans ce contexte, le Conseil Justice et Affaires Intérieures a annoncé le 20 novembre 2015 l’établissement le 1er janvier 2016 du Centre européen de lutte contre le terrorisme (CELCT), qui a vocation à devenir une plateforme permettant aux Etats Membres de renforcer l’échange d’informations et la coopération opérationnelle en ce qui concerne la surveillance des combattants terroristes étrangers et les enquêtes à leur sujet, le trafic d’armes illicites et le financement du terrorisme. Un centre similaire a été créé il y a quelques années en matière de cybercriminalité, le EC3, et cela s’est avéré être un outil utile. L’utilité du CELCT dépendra en grande partie de la volonté des Etats membres de partager les informations dont ils disposent, qui aujourd’hui reste insuffisante comme le démontre l’exemple du point de contact « voyageurs » d’Europol au sujet des combattants étrangers.
  • troisièmement, certains des instruments décrits ci-dessus souffrent de limites intrinsèques. ECRIS fonctionne bien mais seulement en ce qui concerne les citoyens européens. Au sujet des ressortissants de pays tiers, il est toujours nécessaire de consulter les archives de chaque Etat membre afin de connaître les condamnations passées de ces individus. La possibilité de créer une base de données européenne au sujet des ressortissants de pays tiers ayant fait l’objet d’une condamnation est discutée depuis plusieurs années. Dans ses conclusions du 20 novembre, le Conseil JAI a accueilli favorablement l’intention de la Commission de soumettre d’ici la fin janvier 2016 une initiative ambitieuse visant à étendre ECRIS pour inclure les ressortissants de pays tiers.
  • enfin, de nouvelles mesures législatives devraient être initiées incessamment, notamment au niveau du rapprochement des droits matériels en matière pénale, et en particulier en ce qui concerne la criminalisation des infractions terroristes. En effet, selon les conclusions du Conseil du 20 novembre, la Commission devrait présenter une proposition de directive mettant à jour les décisions-cadre de 2002 et 2008 relatives à la lutte contre le terrorisme. Cette réforme intégrera en droit européen la Résolution 2178 (2014) du Conseil de Sécurité de l’ONU ainsi que leProtocole additionnel à la Convention du Conseil de l’Europe pour la prévention du terrorisme. Cela aura principalement pour effet d’obliger les Etats Membres à criminaliser les voyages à l’étranger à des fins terroristes.

En résumé, les récentes et tragiques attaques terroristes ont démontré que les polices nationales et les autorités judiciaires ont connaissance des outils à leur disposition en matière de coopération policière et judiciaire dans le domaine pénal. Des améliorations sont néanmoins toujours possibles. La nature transnationale des récentes attaques illustrent clairement la nécessité de la coopération transfrontalière en matière pénale. Les Etats membres devraient se rendre compte que la solution passe par une coopération renforcée et que les réflexes souverainistes sont non seulement vains mais aussi préjudiciables à l’identification et à la poursuite des personnes suspectées de terrorisme. En ce faisant, l’UE doit veiller à garantir un juste équilibre entre les différents intérêts en jeu et ne pas sacrifier les droits fondamentaux au nom de la sécurité, ainsi que la récemment souligné Stefan Braum dans un article publié sur ce blog.

3. L’échec de la coopération intergouvernementale en matière de renseignement

Dans les jours suivants les attaques, des critiques se sont élevées à l’encontre des carences au niveau de la coopération entre les services de renseignement nationaux. Il a, par exemple, été avancé que les services belges détenaient des informations relatives au danger représenté par les frères Abdeslam, sans que jamais ces informations n’aient été transmises à leurs collègues français.

Il est important de distinguer la coopération policière, d’une part, et la coopération en matière de renseignement, d’autre part. Alors que l’échange d’informations au niveau de la police est soumis au droit dérivé européen, adopté sur base des compétences de l’Union en matière de coopération policière, l’échange d’informations entre services de renseignement n’entre pas dans les compétences de l’UE, et l’UE n’a pas capacité à agir de façpn contraignante dans ce domaine.

Dans le cadre législatif en vigueur depuis l’adoption du Traité de Lisbonne, pas moins de trois dispositions insistent sur le fait que l’UE n’est pas compétente en matière de sécurité nationale. L’Article 4(2) du TUE stipule que l’Union respecte les fonctions essentielles de l’Etat, y compris la sauvegarde de la sécurité nationale. Aux articles 72 et 73 du TFUE, il est affirmé que le titre relatif à l’Espace de Liberté, de Sécurité et de Justice « ne porte pas atteinte à l’exercice des responsabilités qui incombent aux États membres pour le maintien de (…) la sauvegarde de la sécurité intérieure » et qu’il « est loisible aux États membres d’organiser entre eux et sous leur responsabilité des formes de coopération et de coordination qu’ils jugent appropriées entre les services compétents de leurs administrations chargées d’assurer la sécurité nationale ». En d’autres termes, la coopération entre les services de renseignement nationaux chargés d’assurer la sécurité nationale reste entre les mains des Etats membres et est donc menée sur une base intergouvernementale.

Par conséquent, imputer à l’UE le manque de coopération en matière de renseignement entre la France et la Belgique est injustifié. L’idée de créer une agence de renseignement européenne a été mentionnée par certains Etats mais elle a rapidement été rejetée le vendredi 20 novembre par le Conseil JAI tant cette hypothèse excède les compétences de l’Union dans l’état actuel des Traités, indépendamment de son opportunité. Toute avancée institutionnelle dans ce domaine requiert au préalable une révision des Traités. La faisabilité d’une telle révision est évidemment incertaine en raison de l’extrême sensibilité que cela poserait au regard de la souveraineté nationale tant il est clair que les services de renseignement disposent, par définition, de données sensibles dont les autorités nationales ne peuvent envisager le partage. Ceci sans développer un autre argument, très concret, la coopération au sein même d’un Etat est parfois elle-même problématique face à la réticence des services de renseignement à l’idée de coopérer trop largement avec les autorités policières, judiciaires ou autres.

L’absence de compétences de l’UE ne signifie pas qu’il y ait une absence complète de multilatéralisation européenne de la coopération en matière de renseignement. A cet égard, le Centre de l’UE pour l’analyse d’informations (INTCEN) mérite la mention. Cependant, ce centre a un mandat limité qui est de fournir des analyses des renseignements, des alertes précoces et des comptes rendus de la situation au Haut Représentant ainsi qu’au service européen pour l’action extérieure, en matière de sécurité, de défense et de contre-terrorisme. Cette agence a succédé au Centre d’information de l’UE (SITCEN), créée pour répondre au besoin d’analyses de renseignement afin d’aider les décideurs européens. Malgré son titre, cette agence n’est pas une agence de renseignement européenne. Elle n’a aucun moyen opérationnel, ni aucun pouvoir en matière de coopération entre agences de renseignement nationales. Son mandat consiste à publier des évaluations des services de renseignements, des rapports et des résumés, ainsi que des évaluations des risques pour le personnel de l’Union sur base de sources librement accessibles et des rapports analytiques que les services de renseignement nationaux lui transmettent. Une autre initiative à mentionner concerne l’existence du dit « Club de Berne », forum d’échange de renseignements entre les services de renseignement des Etats membres, de la Norvège et de la Suisse, au sein duquel un groupe anti-terrorisme a été créé en 2001. Il fonctionne en-dehors du cadre institutionnel européen mais il entretient néanmoins des relations avec celui-ci, particulièrement à travers la participation du INTCEN.

Conclusion

Au total, le choc provoqué par les attentats de Paris devrait obliger l’Union et ses membres à une réflexion d’une autre ampleur que celle qu’elle a proposée à ses citoyens lors de ses multiples réunions de travail.

Réflexion, d’abord, sur les itinéraires criminels ayant pu conduire des citoyens de cette Union, français comme belges, à de telles abominations. Persister à prétendre aux opinions publiques inquiètes que ces criminels ne seraient pas le produit de nos sociétés est une erreur grave, empêchant de réfléchir aux causes et donc d’imaginer les réponses. L’est tout autant l’abus des postures et des vocabulaires guerriers. C’est ici le droit pénal qui est en cause et non celui de la guerre, c’est ici dans le refus de toute légitimité au criminel que réside l’enjeu majeur. Pourquoi paraître alors valoriser son action en lui accordant un statut autre que celui d’un criminel de droit commun ? Démarche, par parenthèse, que poursuit l’Union depuis quarante ans …

Réflexions ensuite sur les défaillances et responsabilités multiples en cause. Loin d’être en première ligne, et donc de justifier la démagogie des critiques accablant l’Union européenne, la réalisation d’un espace de liberté et de sécurité est, en aval, la seule réponse possible.

A deux conditions. Celle d’une responsabilité réelle de ses membres dans son administration, ce qui est loin d’être le cas tant dans le domaine de la gestion des frontières que dans celui du partage de renseignements. Celle surtout d’un accord sur les valeurs structurant cet espace, tant dans le rôle central de l’institution judiciaire qu’à propos des garanties fondamentales.